Do, ré, mi, dys
Ou quelques idées pour adapter des partitions de musique…

Les enfants qui présentent des troubles des apprentissages peuvent avoir lors de la pratique d’un instrument des difficultés dans la lecture des notes sur une partition de musique, dans la motricité (coordinations, dissociations, reproductions rythmiques…), dans l’audition ou bien encore dans l’écriture des notes.

Un enfant en difficulté dans la lecture de ses partitions peut :

– ne pas parvenir à visualiser correctement les portées (directions des lignes faussées),
– ne pas organiser correctement son regard sur la feuille face à de nombreuses informations visuelles,
– avoir une difficulté dans le balayage de la ligne de notes avec ses yeux.
Cela peut avoir des conséquences dans sa pratique : il  risque par exemple de mal interpréter des notes, en sauter, relire deux fois une portée, en oublier une, être lent dans sa lecture…

note de musique

Voici donc quelques propositions d’adaptations pour faciliter sa pratique de la musique :
– utiliser une couleur pour chaque note de musique sur la partition, avec des gommettes  associées sur le clavier : 7 noms de notes (do ré mi fa sol la si) correspondent à 7 couleurs contrastées. On peut rajouter un code pour le dièse (+1/2 t) et un code pour le bémol (-1/2 t). Il existe un logiciel gratuit, musescore, qui fonctionne sur linux, mac et windows. Il est facilement téléchargeable sur internet. Une fonction dans le menu « plugins » permet de « colorier » automatiquement les notes de musique : « color note ». Pour l’utilisation de base, on trouve des tutoriels sur Youtube.
– augmenter l’espace entre les portées.
– fournir des partitions suffisamment lisibles, voire agrandies.
– éviter les partitions manuscrites.
– éviter tout élément inutile dans la présentation de la feuille qui doit rester la plus simple et la plus aérée possible.
– mettre un cadre coloré sur la feuille similaire aux adaptations scolaires (voir l’article « les adaptations des supports pédagogiques »)…

Michel Habib, coordinateur du réseau régional de praticiens œuvrant dans le domaine des troubles d’apprentissage (Résodys), a étudié les effets de la musique sur l’apprentissage de la lecture auprès d’élèves d’un service d’éducation spéciale et de soins à domicile : « les parties du cerveau présentant des dysfonctionnements semblent être les mêmes que celles sculptées par l’exercice de la musique ». Chez eux, certaines connexions s’avèrent moins riches et moins structurés. Apprendre un instrument favorise donc certaines capacités cognitives. L’important étant de « relier du sensoriel et du moteur, de manière simultanée et intensive », souligne le neurologue.

Aussi me semble-t-il important de proposer des outils adaptés pour rendre accessible cette activité à tous.

Je remercie pour ses conseils Arnaud Barre, professeur de musique spécialisé dans les troubles des apprentissages au service pédiatrique de l’hôpital de Garches.